ESPACE MEMBRE

ACCUEIL

NOUS CONTACTER

DES QUESTIONS, DES REPONSES

RECEVOIR LA NEWSLETTER

The Pink Fishes die poissons roses il movimento Les Poissons Roses LE COURANT DES POISSONS ROSES el movimiento  los Poissons Roses

Copyright © Tous droits réservés. Mentions légales

Les Poissons Roses,

co-fondateurs d'Esprit Civique

DES QUESTIONS, DES RÉPONSES

Des questions, des doutes, des idées, contactez-nous sur bienvenue@poissonsroses.org


Lire la suite > 1-2-3

Pourquoi les « Poissons Roses » ? Le poisson ne suit-il pas le courant ?


Au contraire, les poissons se jouent des courants : si notre “petit livre rose” s’appelle A contre courant, c’est bien pour ça ! S’il le faut, nous pouvons remonter le courant pour retrouver nos sources contre les fatalités du moment. Les poissons n’agissent pas seuls mais ensemble, reliés au sein de « bancs ». Nous voulons rebâtir ce lien entre les personnes, entre les citoyens, car nous croyons, comme Martin Buber que « au commencement est la relation ». L’action politique collective est un des moyens essentiels pour revivifier ce lien et donner consistance à une société de personnes et non d’individus. Nous sommes aussi des Poissons car nous ne sommes pas une grosse baleine ! Notre organisation est très décentralisée, légère, pour permettre à la fois l’efficacité et la prise de parole véritable de chacun. Roses enfin, car nous avons choisi notre couleur, celle de la rose du congrès d’Epinay de 1971.


Quel est le cœur du message de votre manifeste ?


Nous constatons que la démocratie représentative ne représente plus, la politique tourne à vide, les électeurs voient avec inquiétude, voire angoisse, une présidentielle de 2017 avec les mêmes acteurs qu'en 2012. Au-delà de cet aspect conjoncturel et malgré la vitalité de nombreuses initiatives, l'ultra-individualisme contemporain a liquéfié l'espérance dans les projets communs. Or une vision collective de l'avenir se fonde sur des projets communs qui donnent à chacun l'envie de se lever le matin. Aujourd'hui, quel projet collectif peut donner à nos concitoyens le goût de se rassembler ? Certains proposent une France à la grand-papa, une monarchie républicaine qui serait menée par un leader charismatique. C'est une vision illusoire dans un monde trop complexe où doit jouer à plein la subsidiarité. D'autres se contentent de gérer le présent, dans un entre-soi devenu insupportable, et sans comprendre que les temps ont changé, ni saisir les ressorts profonds de la personne humaine, qui est bien plus qu'un consommateur interchangeable. "Nous sommes reliés, donc je suis" déclarons-nous dans notre “petit livre rose” . C'est en soi révolutionnaire dans notre culture du "no limit" solitaire, qui laisse se développer de profondes failles, sources de puissantes injustices. Or, notre moteur premier est la recherche de la justice concrète, dans tous les champs de l'existence. C'est d'ailleurs l'ADN politique de la gauche. Mais ce combat pour la justice ne peut se découper en tranches. Soit il sera global, soit il ne sera pas. "Tout est lié" pour reprendre l'antienne de Laudato Si'. Ainsi, notre combat doit être ancré dans une expérience du réel, ce qui est le cas de nombre de nos sympathisants. Et il doit porter sur toutes les injustices à l'œuvre dans notre monde : des conditions de travail de l'ouvrière textile au Bangladesh, à l'usine à bébé en Inde pour les GPA des riches, en passant par l'insertion professionnelle de chômeurs désespérés, tentés par le vote FN, la protection de l'enfant trisomique à naître, dont les glaciales statistiques montrent que 96 % sont avortés ou la personne précaire en fin de vie, dans un hôpital sous pression financière, à qui on fera croire que l'injection létale est l'ultime soin palliatif... C'est en défendant la justice dans tous les champs de l'existence que nous guérirons la gauche, que nous lui redonnerons une cohérence et que nous relancerons la France, dans l'Europe. C'est pourquoi avec George Orwell, l’auteur de 1984, lui aussi passionnément socialiste, nous affirmons que « Pour défendre le socialisme, il est absolument nécessaire de commencer par l’attaquer ». Hier, il fallait se battre contre sa tendance totalitaire. Aujourd’hui, il faut le guérir de sa tentation libertaire. Notre “petit livre rose”  en est la "potion magique". Nous sommes persuadés que lorsque la gauche est malade, c'est tout le pays qui trinque...


Quelle est votre position vis-à-vis de la domination du capitalisme mondialisé et de l'idéologie néolibérale qui l'accompagne ?


La mondialisation est la nouvelle loi d’airain contraignant nos systèmes sociaux à se réduire voire à disparaître, avec l'illusion que les travailleurs sont libres de s'organiser par eux-mêmes sans les corps intermédiaires discrédités, à envisager l’avenir avec leurs seules forces individuelles. Voici une des conséquences d’un individualisme roi, très favorable, en termes de rapport de force, aux puissants et aux mieux informés. C'est d'ailleurs ce qui explique l'explosion des inégalités dans le monde qui fissure la confiance entre les personnes, socle d'un "goût du l'avenir", et pousse au repli sur soi.

L’idéologie néolibérale s'ingénie à présenter comme une libération cette abdication devant une mondialisation sans règles, avec cette confiance religieuse dans une main invisible du marché et un ruissellement bienveillant de la richesse des plus privilégiés vers les plus pauvres. C'est une superstition et une supercherie. La gauche tente de s'opposer à cette dérive mortifère dans le domaine économique mais sans résister aux sirènes de l’hyper consommation individualiste. Et dans le même temps, le PS n'a pas su structurer le renouvellement de ses cadres en intégrant des personnes ayant ancré ces combats dans leur vie réelle et capables de féconder ainsi le champ politique. Ce n'est d'ailleurs pas seulement le cas au PS. Cette incohérence, cette absence de colonne vertébrale anthropologique et cette professionnalisation du "métier" politique, sont les sources de son épuisement et de ses renoncements.


Notre réponse est une intégration raisonnée dans l’économie mondiale, avec des règles, des principes d'action politiques tenant compte des forces et des faiblesses de l'âme humaine et une vision de la France dans le cadre d'une "communauté fédérale européenne", seule espace capable de résister à la marchandisation du monde. Le mot "communauté" n'est pas choisi au hasard. Pour cela, il faut redonner aux européens le goût des projets communs et à l'Europe le sens de la diversité et de la subsidiarité.


Nous travaillons aussi à humaniser la mondialisation et soutenons par exemple l’action courageuse de Dominique Potier (député PS), cofondateur d’Esprit Civique avec les Poissons Roses, dans la proposition de loi sur le "devoir de vigilance" des multinationales vis-à-vis de leurs sous-traitants. Eviter la répétition du drame du Rana Plaza au Bangladesh est à la fois un impératif moral et une des fondations dans la construction d'une économie durable et humaine.

http://www.dominiquepotier.com/fr/rana-plaza-adoption-d-une-resolution-au-parlement-europeen/actualites-1.html