ADRESSE envoyée aux candidates et candidats à l’élection présidentielle

15 février 2022

A l’occasion des élections présidentielles, les Poissons Roses, plateforme de réflexion de chrétiens, à gauche (on trouvera en annexe une présentation de « qui nous sommes »), souhaitent s’adresser à chacune et chacun des candidats pour rappeler les points qu’ils considèrent comme non-négociables et leur demander quelques engagements majeurs. En fonction de quoi, ils décideront d’apporter leur soutien à la personnalité la plus proche de leurs orientations.

Cette démarche se situe dans le contexte politique connu de tous, marqué par les répliques de l’élection de 2017 sur la recomposition lente du paysage politique français ainsi que par les nombreuses inquiétudes partagées par nos concitoyens et qui portent sur les conditions d’une réelle transition écologique, le devenir de la France au sein de l’Europe et dans le monde, l’avenir de notre mode de vie et notre confiance en nous-mêmes.

Nous refusons de céder aux sirènes de l’insécurité qui saturent l’espace public. Nous prenons acte du souhait de nos concitoyens de vivre dans la paix civile et dans un cadre de vie quotidien apaisé.  Que la police et la justice soient dotées des moyens d’accomplir leurs missions est une exigence qui va pour nous de soi, de même qu’un accompagnement social des territoires et une présence renforcée des services publics, en particulier dans les banlieues.

Nous souhaitons souligner cinq points non-négociables

  • . A ce titre, nous refusons toutes les formes nouvelles d’asservissement et d’esclavage, y compris par la pornographie et les pratiques établissant un eugénisme implicite. Nous exigeons la mise « hors champ commercial » du corps humain, de ses cellules et organes, le respect du droit d’asile, la protection des personnes contre l’invasion des cyber-technologies et la cyber-surveillance. Concernant les migrations et le « naufrage de notre civilisation » pointé à plusieurs reprises par le Pape François, nous souscrivons pleinement à l’APPEL lancé par la VIE, Sant’Egidio et une soixantaine d’associations et personnalités le 9 décembre 2021 pour que la lucidité, le courage et la mémoire nous ouvrent à un accueil dans la dignité des migrants.
  • La soumission de l’économie aux exigences de justice sociale, ce qui implique que chacun doit pouvoir vivre de son activité, que les lois du marché doivent être régulées, qu’un accompagnement individualisé des personnes doit être préféré à une aide sociale industrialisée,    que les services publics (dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la gestion des biens communs….) doivent être revitalisés, adaptés aux évolutions des besoins, assurés sur tout le territoire et non insidieusement démantelés.
  • La préservation de la nature et de sa diversité, ainsi que de l’environnement, ce qui nous oblige à lutter contre toutes les pollutions en tous genres sur toutes les terres et toutes les mers, à reconnaître le crime d’écocide, à admettre une modification de nos modes de vie, afin d’assurer la survie de l’humanité.
  • Nous nous référons à une laïcité de reconnaissance, selon laquelle l’Etat, laïc, garantit une société plurielle.
  • La dimension européenne est pour nous essentielle. Nous avons pour objectif de tendre vers une Communauté fédérale européenne, seule à même de protéger nos nations et d’affirmer les valeurs de notre civilisation au sein d’un monde compliqué, où nous défendons le multilatéralisme.

Nos douze demandes aux candidats et candidates

Il ne s’agit pas ici de dresser un catalogue de vœux mais d’insister sur quelques mesures-phares qui conditionneront notre soutien. Un tableau récapitulatif est joint pour faciliter les réponses.

Notre première demande surplombe les suivantes. La puissance de l’instant, la diffusion des moyens de communication, la force des réseaux sociaux et d’internet plongent nos pays dans un gouffre d’immédiateté qui nous empêche de nous projeter vers l’avenir. Le temps de la campagne pour les élections présidentielles est l’occasion de regarder en avant et de proposer à nos concitoyens une vision de notre pays. Aussi, nous demandons l’inscription d’un projet dans une vision à long terme de notre pays et une formulation de ce qui pourrait être, d’ici une trentaine d’années, « une bonne vie ».

La crise écologique est désormais la priorité N°1. Tous les candidats proposeront des mesures pour ajuster le mix énergétique français et inviter nos concitoyens à moins et mieux consommer. Notre demande porte sur deux sujets essentiels. Nous demandons la prise en compte des plus vulnérables dans la mise en œuvre de la transition écologique et un effort spécifique demandé aux 20% des Français les plus aisés pour réduire leur empreinte carbone puisque ce sont eux les principaux émetteurs.

La crise de la covid a souligné combien la famille avait joué un rôle de soutien essentiel. Nous sommes conscients des formes nouvelles des familles. Nous constatons le détricotage continuel des droits dévolus aux familles et de la notion d’engagement depuis une trentaine d’années. Ceci concerne l’ensemble des aspects, dont les aspects fiscaux, et interroge nos politiques en matière de natalité. Aussi, nous demandons un engagement à lancer des Etats généraux de la famille durable.

La constitution de la Vème République date de 1958. Elle a assuré une longue période de stabilité à notre pays. Chacun constate toutefois les limites actuelles de notre pratique démocratique. De nombreuses propositions sont sur la table (mise en place effective de la proportionnelle, suppression du poste de Premier Ministre, retour au septennat, création d’une Chambre des conflits du futur, référendums d’initiative populaire, prise en compte du vote blanc, conventions citoyennes, création d’une Haute Autorité de veille sur le respect des libertés publiques, exclusion du vote électronique pour éviter les manipulations, etc…). Nous demandons un engagement pour une réforme structurelle de nos institutions afin de rendre notre démocratie plus effective dans la vie politique mais aussi dans la vie de tous les jours, selon le principe de subsidiarité. Nous renvoyons aux propositions contenues dans notre rapport « La crise écologique, une chance pour la démocratie ».[1]

L’actuel mandat présidentiel a insisté sur la nécessité du travail. Notre analyse est que cette notion, aussi importante soit-elle, risque de ne plus correspondre aux conditions de production et aux destructions d’emplois liées à la révolution numérique. Elle ne répond pas non plus à la situation de nombre de nos concitoyens, plus contraints ou davantage motivés pour effectuer une activité, marchande ou non, qu’un emploi rémunéré. Aussi nous demandons l’étude d’un revenu de libre activité. Nous renvoyons à notre manifeste A contre-courant qui détaille cette notion.

Notre société vit dans les plis du 17ème siècle, époque où les Hommes ont cru comprendre que la nature était régie par les lois des mathématiques et de la physique. Cette intuition a donné lieu à des progrès matériels considérables, justifiant que les humains se croient maîtres du monde. Les impasses actuelles de notre modèle de développement se dévoilent dans la volonté de certains de maîtriser la naissance et la mort, en niant la finitude de notre humanité. Nous demandons un engagement à ne pas légaliser la GPA, renforcer la contraception, pousser les recherches sur l’infertilité, ne pas banaliser l’avortement, développer l’accès aux soins palliatifs.

Nous remercions chaque candidat et chaque candidate de nous adresser ses réponses à l’adresse postale suivante :  Patrice Obert – Poissons Roses, 16 rue de Saint Cado 29350 Moëlan sur mer et/ou auprès de notre président à l’adresse mail patrice.obert22@gmail.com

Nous invitons les associations qui soutiennent et partagent cette Adresse à le faire savoir.

Nous publierons les réponses reçues sur notre site, ainsi que l’avis que nous émettrons sur nos préférences, sur la base de ces réponses.

Réponse de M/Mme                                                

au tableau récapitulatif des 12 demandes des Poissons Roses

Libellé de la demandeouinonExplication éventuelle de la réponse
1L’inscription d’un projet dans une vision à long terme de notre pays Joindre une fiche   
2Une formulation de ce qui pourrait être, d’ici une trentaine d’années, « une bonne vie ». Joindre une fiche.     
3La prise en compte des plus vulnérables dans la mise en œuvre de la transition écologique. Merci de préciser une ou deux mesures significatives en ce sens   
4Un effort spécifique demandé aux 20% des Français les plus aisés pour réduire leur empreinte carbone puisque ce sont eux les principaux émetteurs. Merci de préciser la façon dont vous comptez procéder en ce sens.     
5Un engagement ferme à lancer des Etats généraux de la famille durable. Merci de préciser le rôle que les Poissons Roses pourraient jouer dans l’animation de ces Etats généraux   
6Un engagement pour une réforme structurelle de nos institutions conforme aux propositions formulées dans notre rapport « La crise écologique, une chance pour la démocratie »   
7L’étude d’un revenu de libre activité, c’est-à-dire d’un revenu de base permettant à chacun de mener une activité, salariée ou non, rémunérée ou non. Merci de préciser le calendrier et le champ envisagé   
8Un engagement à ne pas légaliser la GPA   
9Un engagement à renforcer la contraception   
10Un engagement à pousser les recherches sur l’infertilité   
11Un engagement à ne pas banaliser l’avortement   
12Un engagement à développer l’accès aux soins palliatifs   

             Date et signature

Qui nous sommes.

Les Poissons Roses sont nés en 2010 d’un besoin fort de porter une parole politique singulière fondée sur un humanisme chrétien et une exigence de justice sociale dans tous les domaines. Ils se définissent comme personnalistes, en référence au philosophe Emmanuel Mounier. Au cœur de leur réflexion est posée la Personne, qui se définit par les liens qu’elle tisse avec les autres personnes, avec la nature et l’ensemble des êtres vivants, ainsi qu’avec une transcendance qui fait de nous des êtres spirituels. Nous réfutons une société qui ne serait que l’agrégation d’individus.

« Être chacun » et « Être ensemble » sont intimement imbriqués. Les champs politique, éthique, économique, social, culturel, écologique sont liés. Nous nous référons également à l’encyclique Laudato Si, parue en 2015, qui lie la question sociale à la question climatique. Nous attachons une importance particulière au traitement des plus vulnérables, en prenant en compte les droits et devoirs de chacun.

Nous défendons une laïcité de reconnaissance dans laquelle l’Etat laïc garantit une société plurielle et soutenons la proposition de Véronique Margron de voir se tenir des Assises des grandes religions.

Nous sommes partisans d’une Communauté fédérale européenne.

Nous pensons que les formidables défis qui sont devant nous ne pourront être dépassés qu’en promouvant la fraternité et la sobriété.

Nous sommes soucieux de sortir le débat public des simplifications idéologiques, par nos publications, notre site, notre newsletter et notre compte twitter. Ainsi, nous avons publié :

  • En 2016, notre manifeste A contre-courant, (ed. Le Cerf)
  • Sur l’écologie : Michel Godron, un de nos membres, a publié en 2019 « Ecologie intégrale » chez  L’Harmattan, préfacé par notre président.
  • Sur la laïcité :  nous avons publié trois livrets portant sur « De la catholicité à la laïcité » (2018), « Marlène est apparue et le grand Pan est mort » (2019), « La laïcité sous la présidence Macron, entre convictions et opportunismes » (2021), sous l’inspiration de notre banc nantais et de Suzanne Le Borgne.
  • Sur l’économie : Christophe Jadeau, un de nos membres, a publié en 2019 La finance inclusive – Manuel du post-capitalisme financier, chez l’Harmattan.
  • A l’occasion du vote de la loi bioéthique :  un rapport sur « La famille durable, au-delà des fascinations bio-techniques », 2018, porté par Bertrand du Marais.
  • Sur l’Europe : Pour une renaissance de l’Europe, enjeux, défis et méthodes, 2019, porté par Patrice Obert.
  • Sur notre vie collective : « Les invisibles, enquête sur les délaissés de la République », Ed Le Cerf, 2021, porté par Michel Simonnet.
  • Nous publions le 10 mars 2022 au Cerf un rapport, fruit d’un groupe de travail porté par Roland Baillet et Patrice Obert et associant de nombreuses personnalités, dont l’intitulé est « La crise écologique, une chance pour la démocratie ».

Notre site : www.poissonsroses.org


[1] A paraître le 10 mars aux éditions du Cerf

Leave a Comment